Les pires films Netflix

pires films netflix, lifebylita

De 13 Reasons Why à La Casa de Papel, Netflix nous a offert des séries qui nous ont tenus en haleine. Côté film, la plateforme n’est pas non plus en reste. Proposant des films en tous genre, nous somme sûrs de finir notre soirée scotché devant notre écran avec une bonne pizza pour agrémenté le tout. Toutefois, Netflix nous gratifie aussi de long-métrage…particulier. Voici une sélection des pires films que j’ai pu voir sur Netflix. Attention spoiler !

Mon but n’est pas de porter une critique facile sur chacun des films mentionnés. Ils ont demandé du travail aux équipes qui ont participé à ces projets et je respecte ça, bien entendu. Cependant, en tant que spectateur, notre avis est tout autant respectable et important. J’ai donc tenté d’apporter le maximum d’éléments pour vous expliquer pourquoi ces films font partie, selon moi, des pires films Netflix (parmi ceux que j’ai déjà vu). J’ai choisi des films qui ont surtout été une grosse déception, alors qu’ils étaient destinés aux grands publics et se rapprochaient, pour certains, des supers productions américaines. En tout cas, c’est ce que les bandes-annonces promettent à chaque fois, sans pour autant tenir leurs engagements.

 

How It Ends, de David M.Rosenthal

Ce film a été ma plus grosse déception Netflix ! Je m’attendais à tellement plus ! Le scénario promettait pourtant une aventure pleine de rebondissement et spectaculaire. How It Ends c’est l’histoire d’une catastrophe mystérieuse qui transforme les États-Unis en zone apocalyptique, où tout le monde se méfie de son voisin, ne sachant pas ce qui se passe réellement. Dans ce chaos, un homme part à la recherche de sa petite amie enceinte. Cette dernière a disparu alors que les premiers événements mystérieux se sont manifestés lors d’une conversation téléphonique entre les tourtereaux. Il parcourt le pays avec son beau-père qui n’a pas l’air de le porter énormément dans son cœur. Commence alors un road trip jonché d’obstacles entre les 2 hommes. Regardez plutôt cette bande-annonce alléchante :

Bon, sur le papier, tout cela m’a donné envie de voir le résultat. Surtout qu’avec le casting, on se dit que le film valait quand même le coup. Dans les rôles principaux on retrouve en effet Forest Whitaker, Kat Graham et Theo James. Pourtant malgré de très bons acteurs, un seul mot résume ce long-métrage, le « néant ». J’exagère ? Je vous invite à le visionner pour vous faire vous-même votre avis mais, vous allez perdre 1h53 de votre temps. Le film est un enchaînement de scènes d’action sans réels sens. C’est plutôt un emboîtement de scènes qu’une vraie logique. Le point positif du film est surtout technique : les images sont belles et les effets spéciaux bien réalisés. On s’attend tout au long du film à comprendre ce qui se passe, quel est ce phénomène mystérieux qui plonge le pays dans un univers apocalyptique. Que nenni ! (Oui, j’utilise aussi des expressions trop vieilles pour moi.) Le summum du néant est la fin de cette création Netflix. Alors que l’intensité des actions va crescendo et que monsieur a retrouvé sa chère et tendre, le film se termine brutalement sur le couple fuyant un nuage de fumé monstrueux. Pourtant, le film commençait à devenir intéressant en montrant enfin un début du phénomène mystérieux.

C’est le coup de massue. Cette fin provoque une frustration irritante, l’impression de s’être fait arnaquer pendant une heure et cinquante trois minutes. Sur le moment, je me suis demandé : « C’est une blague ? ». Je m’attendais à ce qu’il se passe quelque chose d’autre après cette coupure, jusqu’au ce que je vois le générique de fin apparaître. Non, ce n’était effectivement pas une blague. How It Ends semble n’être pas terminé, comme si le réalisateur avait tout simplement décidé de stopper net car il n’avait plus de budget. Au final, on ne saura jamais ce qui s’est réellement passé tout au long du film.

 

The Kissing Booth, de Vince Marcello

The Kissing Booth est l’adaptation cinématographique du roman éponyme de Beth Reekles. Il raconte l’histoire d’Ella Evans et Lee Flynn, amis depuis leur naissance. Les deux acolytes ont grandi ensemble et partage tout. Pour préserver leur amitié et faire quelle dure, ils ont établi 10 règles à ne jamais, jamais enfreindre. La numéro 9 interdisant Ella de tomber amoureuse de Noah, le frère de son meilleur ami. Problème : Ella et Noah vont justement tomber dans les bras l’un de l’autre après un premier baiser sur un stand à bisous. L’amitié des deux meilleurs amis est alors en péril.

La preuve qu’il ne faut pas se fier aux bandes-annonces. The Kissing Both ressemblait au départ à un teen-movie divertissant dont le scénario aurait pu être drôle et piquant. Le film ne prétend pas révolutionner le monde du cinéma, ni même proposé une adaptation très originale. Pari tenu malheureusement. L’histoire en elle-même n’est pas mauvaise, mais l’adaptation cinématographique est remplie de clichés. Le film est tellement axé sur la relation des personnages principaux eux-mêmes stéréotypés que cela sonne faux. Tout semble forcé. Les personnages de Lee Flynn et Noah ne sont à mon avis pas assez aboutis.

 

#Realityhigh, de Fernando Lebrija

Dani est une jeune fille brillante mais loin d’être populaire. Sa passion est de s’occuper d’animaux, ce qu’elle fait d’ailleurs bénévolement pendant son temps libre pour espérer obtenir une bourse universitaire. Tout change pour Dani lorsqu’elle attire l’attention du beau gosse du lycée. Malheureusement, ce dernier se trouve être l’ex d’une certaine Alexa, très jalouse. Son arme ? Ces 9 millions de followers.

Le teen-movie américain aux allures de papier glacé par excellence. Encore une fois, le scénario aurait pu annoncer un long-métrage divertissant. #Realityhigh reste toutefois en surface du thème pourtant prometteur du film : les dérives des réseaux sociaux. Le sujet n’est pas assez approfondi et ressemble plutôt à un grain de sable dans le désert. On assiste à une énième caricature : la jeune américaine impopulaire qui va sortir de sa chrysalide et avoir tout ce qu’elle veut, jusqu’à se brûler les ailes. Le personnage d’Alexa, pourtant central dans cette intrigue, reste invisible une bonne partie du film. Quant au personnage de Dani, son côté innocent et naïf est exagéré et sonne, là aussi, complètement faux. Même la scène où Dani prend la parole sur Internet pour se défendre après la publication d’une vidéo d’elle peu flatteuse, est d’une niaiserie sans fond. On s’attend à un monologue fort, qu’elle se relève tel un phœnix, comme toujours dans ce type de teen-movie. Pourtant, son discours reste plat et se contente de quelques justifications agrémentées d’un « Je ne suis qu’une amie des bêtes, passionnée et naïve ». Cliché. (Orelsan sort de ce corps.)

 

The Babysitter, de McG

Cole adore sa babysitter, une belle blonde sexy qui fait tourner la tête de tous les hommes. Un soir où sa babysitter le garde, Cole est trop excité pour dormir. Il espionne sa belle avec une bande de jeunes et découvre la vraie nature de sa babysitter. Cette dernière appartient en réalité à une secte satanique. Tous vont tenter l’impossible pour faire taire Cole.

 

The Babysitter, un film horreur-comédie ni effrayant ni drôle. Le comble pour une comédie d’horreur. J’avoue qu’au début du film je ne savais pas du tout ce que j’allais regarder. Il a été mit au hasard sans vraiment que je porte attention au scénario. Je me suis donc plongé dans l’inconnu. Un point a été toutefois réussi : l’effet de surprise quand l’intrigue débute concrètement. Vu les premières minutes du film, je m’attendais à une comédie, originale certes, mais tout de même. Je vous laisse imaginer ma tête lorsque, brutalement, un des jeunes à fini en sacrifice humain !

Même si je ne suis pas fan du genre, je l’ai regardé jusqu’à la fin. J’ai eu beaucoup de mal à accrocher à l’histoire de cette bande, surtout que le jeu des acteurs était inégal. Seul Bella Thorne, dans son rôle de pom-pom girl hystérique, arrive à apporter cette touche d’humour gore qu’on attendait du film. The Babysitter est une succession de scènes où le sang coule à flot, laissant le scénario au second plan.

Si vous avez déjà vu ces films, qu’en avez-vous pensez ? Quels ont été, selon vous, les pires films Netflix ?

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s